Livraison en France

Accueil Millésime 96 Caviste à Cannes 06400

St-Julien Château Léoville Poyferré 2012

Robert Parker 92/100
Decanter 92/100

A.O.P ST-Julien.

Cépages : Cabernet Sauvignon 61%, Merlot 27%, Petit verdot 8%, Cabernet Franc 4%

91,20

 l’unité

Aucune btle restante

Description

Second Grand Cru Classé en 1855.

L’origine du domaine remonte à 1638. À l’époque, Léoville était la plus grande propriété Médoc, morcelée au fil du temps et des générations. 
Léoville Poyferré initiera la légende de ce grand vin en 1840 et sera consacré quinze ans plus tard Second Grand Cru Classé. Didier Cuvelier présidera aux destinées de ce joyau en 1979.

Entre Margaux et Pauillac, sur la rive gauche de l’estuaire de la Gironde, Saint-Julien est une petite appellation de 920 hectares qui donne toutes ses lettres de noblesse aux vignobles du Médoc. 
À perte de vue, le sol est couvert de galets qui régulent naturellement la température du sol. Graviers, sables et argiles sont les autres composants de cette alchimie géologique, résultat des dépôts sédimentaires que la Garonne a déposé au quaternaire. Les vignobles de l’appellation s’étirent sur des croupes finement ciselées par l’érosion et dessinées pour favoriser le meilleur drainage. L’homme n’aurait pas fait mieux.

2012 et ses fortes amplitudes thermiques et pluviométriques fut une année éprouvante pour le vignoble.
Après un retour à des conditions favorables à partir de mi-juillet, ce millésime, au départ précoce, s’avéra tardif pour atteindre sa maturité optimale à partir du 8 octobre.
Au fil des dégustations, 2012 ne fait que nous surprendre et continue de nous charmer.

L’hiver fut froid (particulièrement en février) et sec, provoquant un déficit de pluviométrie important : les réserves en eau étaient faibles avec seulement 314 mm d’octobre à mars. La vigne poussa très vite car les conditions climatiques du mois de mars, doux et sec, lui furent très favorables. Le débourrement s’avéra précoce comme en 2003 ou 2011.Le mois d’avril, froid et humide, freina son ardeur et la vigne commença à prendre du retard. La floraison fut tardive, très étalée et proche de celle de 2006, et de la coulure s’ensuivit. La véraison tardive et longue rappelle celles des années antérieures à 2001. Le vignoble fut mis à rude épreuve avec des pics de chaleur importants en juillet et août, et un manque d’eau. Après avoir cumulé 3 semaines de retard, le cycle de maturité s’essouffla et retrouva sa dynamique grâce à 60 mm de pluie providentielle fin septembre. Les vendanges furent exceptionnellement tardives. Excepté en 2008, il faut remonter à plus de 30 ans pour retrouver des vendanges si avancées dans l’automne. Même si la pluie ne tomba pas abondamment, elle ne nous quitta pas de toute la récolte.

Commentaires de l’équipe du Château (juillet 2014).

Robe : couleur dense, sombre et brillante.

Nez : fin et complexe. Il révèle à l’agitation des notes de fruits mûrs, des notes de cèdre et des arômes empyreumatiques.

Bouche : Attaque franche et soutenue. Belle onctuosité et densité. Finale fine, présentant une belle persistance aromatique.

2012, un vrai millésime de plaisir

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “St-Julien Château Léoville Poyferré 2012”

Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Caviste à Cannes 06400

Recherche en cours
...

0